Lâcher prise, méditation, 2 vastes sujets mais possibles à vivre simplement !

Lâcher prise, méditation… C’est exactement ce à quoi nous invite l’Automne et parfois, la vie elle-même… Nous avons tous notre propre définition des deux termes, tant les deux notions sont complexes. Souvent mises de côté par manque de temps, un tempérament fonceur ou intellectuel, elles demandent toutes deux à être expérimentées plutôt que conceptualisées ou mentalisées pour être véritablement comprises, voire adoptées. Je vous propose cependant de vous partager ici une partie de mon point de vue à ce sujet.

naturopathe Valenciennes

Lâcher prise, méditation : mes définitions

Lâcher prise, méditation : MA définition du lâcher prise

Pour moi, lâcher prise représente le fait de faire confiance à la vie d’une confiance aveugle et inconditionnelle. Je pourrais résumer cela en « avoir foi en l’équilibre naturel des choses ». C’est ainsi que je vis le lâcher prise. Accepter ce que la vie nous met sur notre chemin, que le cadeau soit bien emballé ou reçu en pleine tête… Accepter que nous ne contrôlons peut-être bien pas tout dans notre vie et que c’est ok ainsi. A quoi bon vouloir changer des choses sur lesquelles nous n’avons pas la main ? A quoi bon vouloir agir contre quelque chose qui se manifeste si nous n’avons pas toutes les cartes en main ? N’est-ce pas diriger son énergie à contre-courant ? N’y a-t-il pas une autre voie que de lutter ou se battre, face un événement irritant, incompris, qui nous semble injuste, voire même douloureux…?

« Le lâcher prise est la simple, mais profonde sagesse qui nous porte à laisser couler le courant de la vie plutôt que d’y résister. Le seul moment de la vie où vous pouvez sentir ce courant, c’est le moment présent. »

Eckart Tolle

Lâcher prise, méditation : MES définitions de la méditation

lâcher prise méditation

Voici l’une des réponses que je pourrais apporter à la question que je viens de poser ci-dessus. Pour moi, la méditation représente une voie de perception de la vie à travers un prisme de conscience qui change, s’aiguise, s’éloigne petit à petit du point de concentration et nous permet de prendre de plus en plus de recul sur les événements, progressivement.

Il ne s’agit pas de devenir apathique (je passe à côté de quelqu’un qui se noie et cela ne déclenche aucune réaction en moi) ni antipathique (je vois quelqu’un se noyer, je sais nager mais je m’en fiche que la personne se noie, je continue mon chemin sans rien faire) ni sympathique (je vois quelqu’un qui se noie, je ne suis pas certaine de pouvoir l’aider mais je ne peux m’empêcher de plonger au risque de me noyer moi-même). La méditation est un chemin qui peut mener à l’empathie, pour soi comme pour autrui (quelqu’un se noie devant moi, je ne connais pas mes capacités de nageuse actuelles, je n’ai jamais eu à sauver quelqu’un de la noyade ; dans le doute, j’appelle les secours et à l’aide autour de moi). L’empathie est une forme de lâcher prise : je me laisse traverser par ce qui se passe chez l’autre mais je ne m’y identifie pas, cela ne m’appartient pas.

La méditation, méditer, quelle vaste contrée… Nous pourrions tous écrire plusieurs livres à ce sujet que nous n’aurions certainement pas fait le tour du sujet. Je vais donc m’en tenir à cela ici mais nous retrouverons très probablement ce thème dans d’autres articles, et qui sait, peut-être même traité encore différemment…

Lâcher prise, méditation : le lien

Quelle que soit la forme de méditation choisie (avec ou sans objet, avec ou sans visualisation, contemplation, zazen, concentration, méditation active, en mouvement, méditation / relaxation sonore aux bols tibétains, etc), on part souvent d’un élément de concentration avant de sentir, progressivement et à force de pratique, une dissolution de l’être, du « petit moi », qui vient au contact du grand Tout.

La méditation reste, à chaque fois, l’occasion de se relier à plus grand que soi, d’accepter de faire partie d’une famille dont la puissance comme la substance nous dépasse et en même temps, nous habite, nous guide, nous soutient et nous aime tel(le) que nous sommes en chaque instant, dans nos forces, comme dans nos faiblesses.

S’abandonner et se remettre entre les mains de cette magnificence fait grandir, s’élever, se relier à soi, aux autres, à toute forme existante de Vie, sur cette planète et bien au-delà, dans le fini et l’infini, le visible comme l’invisible.

Loin de toute connotation religieuse, ces deux notions, aussi spirituelles soient-elles, s’adressent à tout le monde. Nous avons toutes et tous été face, au moins une fois dans notre vie, à un événement à couper le souffle, à anéantir le cœur, à nous mettre tellement à fleur de peau que l’on ne puisse plus ni réfléchir ni agir. Il importe peu que l’on soit conscient.e ou inconscient.e de le faire. Lâcher prise ou méditer est à la portée de tous. Aussi difficile semble-t-il d’en parler, aussi simple, agréable et libératrice peut s’avérer la pratique.

Cela dit, si vous êtes plus à l’aise ou avez envie de revenir à des notions plus concrètes et/ou des mises en pratique, j’ai aussi ce qu’il vous faut, n’hésitez pas à lire mon article : lâcher prise et méditation : 3 de mes alliés pour y parvenir

Que ce soit aux yeux de la science ou du monde du bien-être, rien de tel que l’expérience. C’est pourquoi vous y trouverez des exemples de méditations à vivre et pourrez par vous-même, faire vos expériences si le cœur vous en dit. N’hésitez pas à me faire part de vos aventures en commentaire… 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s